Article ...

Découvrez cet article ...

Manitas de Plata, le Picasso de la guitare Flamenca...

Jeanne


A partir de son apparition surprise à la salle Molière, Manitas de Plata, c'est ainsi que nous l'appelerons désormais, va vite prendre ses aises parmis les grands de sa tribu qui lui reconnaissent son talent.

Il va grandir et finir par tomber amoureux d'un belle gitane. L'oncle Moro a grandit lui aussi et s'est marié. Manitas de Plata va continuer à jouer régulièrement et ce faire ces premiers amis "payots", des étudiants en médecine de Montpellier. Courreurs de jupons, il sait épater les filles avec sa guitare qui ne le quitte jamais.

Gustave, son père décide un jour de quitter Montpellier pour s'installer à Lunel avec sa famille. C'est durant cette pèriode que les jours vont s'assombrir et des bruits de bottes se faire entendre à travers toute l'europe. La guerre, cette misère humaine, est là, toute proche. Cette guerre qui va prendre ces gitans par milliers, ces hommes, femmes et enfants aussi.

Mais il y a aussi l'amour. Celui de Manitas avec cette petite fille d'à peine 15 ans, Jeanne. Cet amour qui le poussera à lui demander sa main qu'elle accordera volontier. Mais comme chez les arabes, on doit demander à la famille et surtout à son chef, autrement dit le père, la main de sa fille. Et s'il ne le veut pas, rien n'y ferra, pas de mariage.

C'est ausi vers ce moment là que le marquis de Baroncelli, s'adressera aux gitans à l'occasion du pélérinage des Saintes Maries de la Mer, en 1942, leur annoncant que les allemands sont aux portes de la Camargue et qu'il subit leurs affronts. Une forme d'Adieu. Il s'en ira d'ailleurs quelques petites années plus tard et certains ne l'apprendront que bien plus tard, c'est à dire trop tard.

C'est le père costumé, écharpe au cou et au vent qui décida d'aller faire la demande de mariage à la famille de Jeanne, non sans inquiétudes, notamment celle de recevoir un cinglant refus. Il y alla également suite à la persistance de Manitas a poussé son père et sa mère vers cette voie. La famille de Jeanne refusa, arguant de laisser passer le temps. C'est alors que Manitas va prendre la décision de l'enlever. Il le fera à une occasion la menant par la main tout droit dans un hôtel mais avec des lits séparés.

Ce n'est que quelques jours plus tard que la décision de marier Manitas et Jeanne va se prendre et le mariage avoir lieu avec la fameuse épreuve du diklo ou mouchoir.

Manitas ne sera jamais marié qu'avec Jeanne, et ce pour la vie. Il vécurent ainsi la pèriode dite d'occupation allant de Lunel à Montpellier, Arles et vice versa. De cette union naitront quelques années plus tard, Manéro, Christiane, dite Kikou, Jean dit Tcha, Carmen, Juan, Luis, Gina et enfin Fernand, que l'on appelle Patouk ou Fernando. Quand au père de Manitas, Gustave, il décèdera des suites d'une maladie.

Durant ces années là, Manitas ne fait plus, depuis assez longtemps, de concerts et commence à jouer aux boules, vendre des tapis, des pneus, etc. Les boules sont aussi une grande passion sportive de Manitas. Il ira même à un championnat en Algérie, à Blida, et y gagnera un concours.


Mais, pas très loin, il ya toujours et aussi la guitare ...

 

 



Articles similaires