Article ...

Découvrez cet article ...

Manitas de Plata, le Picasso de la guitare Flamenca...

Naissance


Manitas de Plata

est né le 7 août 1921 à Sète, dans le Sud de la douce France. Son vrai nom est Ricardo Baliardo, Manitas de Plata étant son alias de scène.

En cette année de grande crise économique internationale, le monde est instable. L'Europe se prépare à des bouleversements, Hitler vient d'arriver démocratiquement au pouvoir, les menaces se précisent.

Des bouleversements, il va y en avoir et d'énormes. C'est l'année aussi ou est né, toujours à Sète, pas très loin de Lunel, Georges Brassens , un auteur compositeur de musiques et de chansons français qui deviendra célèbre. Un certain Eddie Barclay né en juin cette année là, pendant qu'aux Amériques on exécute promptement deux innocents anarchistes immigrés italiens, Sacco et Vanzetti et le musicien Camille Saint-Saëns décède à Alger. Oui, il s'en passe des choses en 1921!
Et puis et heureusement il y a un peu de rire, Charlie Chaplin sort aux États-Unis son premier long métrage"The Kid". Mais le film fait-il vraiment rire ...


Le monde ne connaît pas encore la technologie, qui aujourd'hui nous entoure complètement. Nous sommes, à cette époque, à l'ère du chauffage au coke, des vélos pour les plus fortunés, et du pain noir. Rares sont les personnes, en France, qui possèdent un instrument de musique.

D'ailleurs, aurait-on le cœur à jouer..?

Pourtant, du coté du Sud, existe un peuple, qui ne sait d’où il vient. Il s'est installé là depuis si longtemps, que personne n'en connaît vraiment l'origine. Ce peuple va subir toute les misères du monde, en plus de celles existantes. Le racisme, la méfiance, la pauvreté et surtout et par dessus tout, le rejet. Il a toujours été là, ce peuple, et pourtant il continue de subir les vexations, les méchancetés, la misérable condition humaine. Il n'a pas de toit, pas de confort, pas de livres. Rien qui en apparence pourrait élever les esprits.

Et pourtant, pour qui sait voir, il possède ce quelque chose qui se perd, en cette année 1921: La fraternité.

Et pour qui sait entendre, il possède autre chose: Le secret d'une musique venue de très loin. Très loin dans l'espace et dans le temps.

On n'en connaît pas là non plus, l'origine exacte. Mais l'on sait, que cette musique est tellement envoûtante, que l'on croit que ceux qui la dansent sont avec le diable. Ce qui a pour effet de renforcer le rejet et même le dégoût.

L'on murmure même, que l'on voit des hommes penchés sur le ventre de femmes enceintes et jouer cette musique...

Le secret de cette musique est d'ailleurs si jalousement gardé, que nul n'en connait l'écriture ou sa lecture. Elle se transmet de peau à peau, à la condition d'appartenir à ce peuple si soudé.

C'est donc, dans cette ambiance et en ce début d'aout 1921, que vient au monde dans une roulotte, chez ce peuple démuni, un petit garçon que sa maman, Antoinette Faré et son papa Gustave Baliardo surnommé "Le Fond" ou "Chocolat" du fait de sa peau légèrement basanée, vont appeler, Ricardo, qui fut appelé ainsi par son parrain, gitan de Sète et qui avait fait fortune dans le commerce de cheveaux.

Ricardo Baliardo.

Des années plus tard, bien plus tard, Chaplin, Barclay, Brassens, et tant d'autres, feront partie de la vie du petit Ricardo. Mais pour l'heure, ni l'un, ni les autres ne le savent encore. Et il y a aussi ce peintre, qui en cette année 1921 a 40 ans et qui, dit-on, a fuit son pays, l'Espagne, SON Espagne qu'il ne reverra plus jamais. Hormis ce jour où voyant l'automne de sa vie finir, il s'approchera de la frontière espagnol et regardant son pays de loin qu'il chérissait tant, repartira vers sa terre d’exil.

L’Espagne justement, d’où viendrait cette musique que les Maures auraient apportée ...

Cet espagnol touchant, qui un jour, devenant le plus grand peintre au monde, dira de Ricardo

"Il vaut plus cher que moi..."


A suivre:
Lire l'article suivant ...
Partager:
Vous avez vécu cette période ou alentour, partagez vos connaissance
Si vous avez des histoires, des anecdotes, merci de nous les faire partager ...
Corriger:
Merci de me rapporter les erreurs, omissions, fautes ... ContactCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Correction ortho.:
Alain Morizur




Articles similaires