Article ...

Découvrez cet article ...

Manitas de Plata, le Picasso de la guitare Flamenca...

La première guitare


Antoinette, la mère du petit Ricardo, avait un frère, Joseph dit "Moro" plus âgé de Ricardo de quelques années. et qui avait eu la chance d'apprendre la guitare par son père et celui du petit Ricardo.
C'est en le voyant jouer, que l'enfant va apprendre, voir et comprendre les premières techniques de guitares et un jour se saisir de celle de son oncle qui sera impressionné par son jeu.
L'oncle "Moro" aura été le premier à présager du génie futur de Ricardo et aussi à l'encourager à continuer à jouer, parfois à coups de "taloches".

C'est un soir, pendant qu'Antoinette préparait le repas que l'histoire va prendre un tournant décisif.

Le papa de Ricardo, s'en était allé quelques heures plus tôt et ne revenait pas comme prévu, à l'heure de la table du soir. Alors que le feu était allumé prés de la roulotte, une verdine verte avec des lettres rouges achetée au cirque Bouglione, Gustave est arrivé portant un je ne sais quoi sous le bras qui interrogea Antoinette. Celle-ci comprit qu'il s’agissait d'un étui à guitare neuf et que son mari venait de l'acheter.

Mais, la grande interrogation d'Antoinette était:  - Avec quoi..? Le ménage manquant toujours de quoi vivre et manger...

A cette époque, les gitans circulaient souvent, en plus de leurs roulottes, avec des charrettes tirées par des chevaux ou des ânes. La famille Baliardo ne manquait pas à cette tradition et possédait une charrette tirée par un âne. Le cheval, comme l'âne, sont des animaux essentiels aux déplacements des gitans et il est donc vital parfois que ceux ci doivent en posséder. S'en séparer relève alors de pure folie.

Cette guitare apportée ce soir là, autour de ce repas, a été pour le petit Ricardo, l'un des plus beaux jours de sa vie. Elle lui était destinée et Ricardo, ne l'oubliera plus jamais, cette belle guitare incrustée de nacre brillant, avec ce vernis éblouissant...

La plus belle guitare que Ricardo aura jamais. Cette guitare sera la sienne, et ne la quittera que très tard, quand, au bout de quelques années, le génie sera prêt. Il n'oubliera jamais cette guitare merveilleuse, son papa, sa maman, mais aussi cet âne! Gustave Baliardo venait de vendre l'âne pour pouvoir acheter l'instrument à Ricardo. Cet âne si nécessaire aux besoins familiaux qu’Antoinette fut prise d'un accès de colère mémorable...

C'est ainsi que ce soir là, l'enfant eu sa première guitare vers ses 6 ans. Sans elle, son destin eu été différent.

Sans l'âne aussi...

 



Articles similaires